Peripheral Knowledges

“Peripheral Knowledges”, an interdisciplinary seminar, aims to combine insights from contemporary debates in critical race theory and decolonial studies on knowledge production. This research seminar replaces the “Écrire l’Histoire Depuis Les Marges” (EHDLM) – Paris Diderot seminar, an extension of the EHDLM project https://hdlm.hypotheses.org/ (2013-2016) funded by the IDEX USPC, which had focused on African-American history and thought. In the period 2019-2023, the “Peripheral Knowledges” seminar will extend its purview to address questions pertaining to decolonising knowledge in global norths and souths.

Decentring Euro-American paradigms of knowledge production, “Peripheral Knowledges” engages with the critique of the Eurocentric dichotomous relation between the west and the rest, knowledge and non-knowledge, and the knowing subject and the performing object. Rooted in disparate geographical locations and academic terrains, it makes the case for reading diverse forms of postcolonial, people of colour, diasporic and minority-discourse knowledges that traditionally occupy the peripheries in university curriculum in global norths. Engaging with the diversity of genealogies of thinking, remembering, performing and producing knowledges is one of the primary objectives of the seminar.

Through a series of presentations, readings, lectures and workshops, this research seminar responds to the long-pending but urgent global demand for the establishment of a non-Eurocentric academy. Conventional academic taxonomies of history, literature, culture, aesthetics, and politics appear porous when criss-crossing lines of knowledges begin to dismantle norms and monoliths of disciplinary boundaries. “Peripheral Knowledges” signals such a move away from Eurocentric enunciation and repetition of knowledge and intellectual practices with a view to engaging with pluriversal ways of being in our world(s), thereby revisiting the question of a new universalism based on these conversations.

« Faire le point sur les fictions historiques » / “Taking a Closer Look at Historical Fiction”

Scroll down for English version

Projet du Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225). Université Paris Diderot, 2019-2021

Problématique générale

La fiction historique grand public n’a cessé de connaître le succès depuis le début du XIXe siècle (Walter Scott, James Fenimore Cooper et leurs imitateurs). Cependant on note un engouement actuel et une prolifération de productions : films, séries, romans évidemment, accompagnés de leur phénomènes associés (réseaux sociaux, sites web etc.). Ces productions sont probablement le principal vecteur de connaissance historique du grand public (et d’une partie non négligeable du public étudiant). C’est par elles que se diffusent (ou non) les acquis de la recherche historique (considérations de genre et race par exemple), ou que semblent émerger de nouveaux récits nationaux. Dans un contexte d’actualité oppressant, où le rapport au futur devient douloureux (thématique de la dystopie), le goût du passé par la fiction est un révélateur des tendances nostalgiques des générations actuelles. Certaines fictions rendent également le passé plus « moderne » qu’il ne pouvait l’être, permettant ainsi une réappropriation de l’histoire en vue de légitimer le présent.

Certaines questions classiques sont incontournables : l’authenticité de la fiction historique, le rapport entre histoire savante et histoire populaire (dans leurs versions évolutives elles deux) ; d’autres sont moins courantes mais tout à fait passionnantes (la question de la perte de visibilité ou de légitimité des historiens dits « professionnels », la « fabrication » de la fiction historique, le rôle des scénaristes et réalisateurs, la volonté d’efficacité en termes de diffusion, les qualités pédagogiques, etc.)

Ce projet est mené par une équipe interdisciplinaire (civilisationnistes, littéraires, spécialistes des images) qui examinera ce phénomène majeur lors d’un cycle de journées d’études thématiques, auquel s’ajoutera une série de projections commentées de films et séries, ainsi que des séances ponctuelles de séminaires. Le projet sera finalement complété par une publication collective.

Responsables : Laurence Cros, avec Myriam Boussabha-Bravard, Marjolaine Boutet, Emmanuelle Delanoe-Brun, Véronique Elefteriou-Perrin, Maggy Hary, Ariane Hudelet, Michel Imbert, Emilia Le Seven, Marie-Jeanne Rossignol.

Calendrier général, à compléter ultérieurement

  • 10 octobre 2018 : Projection du film historique Glory d’Edward Zwick (1989) qui porte sur les bataillons noirs de la guerre de Sécession. En savoir plus ici.
  • 6 mars 2019 : Séance commune avec le séminaire Victorian Persistence: Julien Bazile, « La mise en récit vidéoludique de l’Histoire : enjeux historiographiques, ludologiques et interculturels dans la licence Assassin’s Creed ».
  • 21 juin 2019 : Journée d’études sur « Fiction historique : enjeux théoriques et idéologiques ». Voir appel à contributions ici.
  • Novembre 2019 : Journée d’études sur « Formats de la fiction historique : archéologie d’une culture populaire »
  • Mai/juin 2020 : Journée d’études sur « Fiction historique et récits nationaux »
  • Novembre 2020 : Journée d’études sur « Fiction historique et genres narratifs »
  • Mai-juin 2021 : Journée d’études sur « La représentation de l’esclavage dans la fiction historique »
  • Novembre 2021 : Journée d’études sur « Sociologie de la fiction historique »

************************************************************************

A research project of the Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225). Université Paris Diderot, 2019-2021

General presentation

Since its emergence in the 19th century with the first historical novels of Walter Scott, James Fenimore Cooper and their imitators, the popularity of historical fiction has not declined. On the contrary, today it is stronger than ever, with a mass production not only of novels, but of new types of historical fiction such as films, TV shows and electronical games. In the world of today, historical fiction provides a key access, and often the only access, to an awareness of the past for the public at large, including many university students. It is through historical fiction that new approaches developed in academic history, such as genre or ethnicity, become available for the general public, or that historical narratives framing the building of the nation spread widely. In a current context of troubled events, when future prospects have become disquieting and give rise to many fictional dystopias, the popularity of historical fiction reveals the nostalgic fascination for the past on the part of the contemporary public. On the other hand, historical fiction tends to make the past more modern than it was, thus allowing for an appropriation of history that may give legitimacy to the present.

In this project, we will examine classic issues, such as authenticity in historical fiction and the relationship between academic history and popular history, both as evolving practices. Other issues are less classic but nonetheless thought-provoking, such as: the potential loss of public prominence of professional historians, whose expertise is challenged by competing contributors to the historical narrative; the way historical fiction contributes in new ways to the production of history; the role played by novelists, scriptwriters and directors; the impact which the imperatives of entertainment and mass-distribution have on the portrayal of the past since their product is primarily commercial; the question of the pedagogical quality and potential usefulness of historical fiction…

This project is conducted by an interdisciplinary team of specialists of history, literature and visual studies of the English-speaking world from the LARCA of Université Paris Diderot. It will be carried out from 2019 to 2021 through a series of thematic conferences, a cycle of projections of historical films and TV shows, as well as seminar sessions. The project will be summed up and completed by the publication of a collective work.

Project coordinator:  Laurence Cros, with Myriam Boussabha-Bravard, Marjolaine Boutet, Emmanuelle Delanoe-Brun, Véronique Elefteriou-Perrin, Maggy Hary, Ariane Hudelet, Michel Imbert, Emilia Le Seven, Marie-Jeanne Rossignol.

General schedule, to be completed:

  • October 10, 2018: Projection of the historical film Glory by Edward Zwick (1989) on the Black battalions during the American Civil War. More information here.
  • March 6, 2019: Presentation in common with the Victorian Persistence Julien Bazile, « La mise en récit vidéoludique de l’Histoire : enjeux historiographiques, ludologiques et interculturels dans la licence Assassin’s Creed».
  • June 21, 2019: one-day conference on “Theoretical and Ideological Issues in Historical Fiction”. See CFP here.
  • November 2019: one-day conference on “The formats of historical fiction: archeology of a popular culture”
  • May/June 2020: one-day conference on “Historical fiction and narratives of nation-building”
  • November 2020: one-day conference on “Historical fiction within other genres”
  • May/June 2021: one-day conference on “A Case study: the Representation of Slavery in Historical Fiction”
  • November 2021: one-day conference on “Sociology of historical fiction”

Le pôle « Race, couleur, histoire » s’intéresse à la question de la rencontre entre différents espaces, périphériques et centraux (colonisation et colonisation, empires, globalisation,  contacts entre les mondes occidentaux, orientaux, africain) aux XIXè et XXè siècles, et en particulier à la thématique des historiens noirs comme à la notion de « bibliothèque commune ». Il s’organise autour d’un séminaire et d’une série de journées d’étude.

Le pôle « Voix orientales » (XVIème-long XIXème siècles) élabore une réflexion commune sur les marges spatiales et temporelles de l’empire britannique en regard d’un espace aux contours mouvants, “the East”. Explorant des domaines en marge de la grande histoire politique, ce pôle s’intéresse tout particulièrement aux acteurs et aux modalités du transfert culturel depuis et vers le Proche et le Moyen Orient, l’Asie Centrale, l’Inde et l’Extrême Orient, comme par exemple à travers les réseaux de commerce et de sociabilité, les circulations d’idées, de modes, de textes et de biens matériels, le rôle des traducteurs et autres passeurs culturels. Diverses manifestations scientifiques (ateliers, journées d’étude/ colloques) permettront d’explorer ces voies/voix.

Marges, histoires et monde anglophone XVII-XXIe

Le carnet « Marges, histoire et monde anglophone XVIè-XXIè » constitue la face numérique de la traverse « Ecrire l’histoire depuis les marges-Paris Diderot » de l’UMR LARCA 8225 http://www.larca.univ-paris-diderot.fr/themes/ehdm/article/ehdm. Il est en partie l’héritier du carnet hdlm https://hdlm.hypotheses.org/ (associé à un projet ANR IDEX USPC 2013-2016) dont il reprend certaines thématiques. Le carnet hdlm sert actuellement essentiellement d’archive du projet IDEX qui portait uniquement sur les Africains-Américains. La traverse EHDLM-Diderot rassemble des chercheurs en littérature, arts visuels, histoire et civilisation, spécialistes de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis comme des autres nations anglophones marquées par le passé colonial britannique. Le concept de marges se déclinera en réflexions sur des thématiques longtemps laissées en marge de l’historiographie et de l’histoire littéraire (race, couleur, esclavages et post-esclavages dans le monde anglophone, du XVIè au XXIè siècle), sur la question de la rencontre entre différents espaces, périphériques ou centraux (empires, globalisation, contacts entre les mondes occidentaux, orientaux, africain) et sur les pratiques alternatives d’écriture et de représentation de l’histoire (romans, séries et films historiques). Il s’agit donc de réunir autour de ces thématiques des spécialistes d’aires et de périodes différentes mais connectées, et de réfléchir, au-delà des cas d’étude, aux apports, divergences et renouvellements conceptuels et méthodologiques possibles, dans le cadre d’un travail délibérément transdisciplinaire. Les rédacteurs et rédactrices du carnet seront les responsables des différentes activités : séminaire interdisciplinaire collectif, pôle « Actualités des questions de race et de couleur dans le monde anglophone/ Historiens noirs des Amériques et de l’Afrique XIXè-XXIè siècles », pôle « Voix orientales (XVIè-long XIXè siècle), pôle « Roman, séries et film historique ». Cette traverse fédèrera 14 enseignants-chercheurs de l’UMR et maintiendra avec Paris 13 (partenaire originel du projet ANR IDEX associé au carnet hdlm) des relations privilégiées (une dizaine de collègues de cet établissement sont intéressées par la perspective de collaborations) ainsi qu’avec plusieurs collègues de Paris 3. Un partenariat extérieur existe, avec l’Université de Sherbrooke (un accord Erasmus + est en cours de signature) : certains collègues sont susceptibles d’utiliser également le carnet de recherche. Le carnet pourra également intéresser plusieurs collègues de l’Université de Douala, avec qui un partenariat est également susceptible d’être négocié. L’objectif de ce carnet est de rendre compte des différentes activités de la traverse : séminaire interdisciplinaire collectif, journées « Actualités des questions de race et de couleur dans le monde anglophone/ Historiens noirs des Amériques et de l’Afrique XIXè-XXIè siècles », pôle « Voix orientales (XVIè-long XIXè siècle), pôle « Roman, séries et film historique ». Au total plus d’une vingtaine de contributeurs réguliers, directs ou indirects au carnet de recherche sont envisagés au gré des projets et programmes de journées d’étude, colloques, comptes rendus de séminaires. Entièrement dédié à cette traverse et ses activités scientifiques, ce carnet se veut aussi une interface et pourra être consulté aussi par les participants extérieurs aux activités (chercheurs et chercheuses inscrites aux journées et colloques etc.).