2021-2022

Les séances 2021-22 du séminaire « Peripheral Knowledges » auront lieu les :

-5 novembre 2021 (15h-17h) à distance avec Jean-Pierre Le Glaunec (Université de Sherbrooke), auteur en 2021 de Esclaves mais résistants. Dans le monde des annonces pour esclaves en fuite en Louisiane, Jamaïque, Caroline du Sud (1801-1815) et Ryan Hanley (University of Exeter), auteur en 2018 de Beyond Slavery and Abolition.

Inscription: https://u-paris.zoom.us/meeting/register/tZwvce6hqzwrEtUmdJVExftN7bMJrNfMBEXg 

-11 février 2022 (12h-14h) avec Camille Lefebvre (CNRS, IMAF) autrice en 2021 de Des pays au crépuscule. Le moment de l’occupation coloniale (Sahara-Sahel) et Daniel Foliard (LARCA, Université de Paris), auteur en 2020 de Combattre, punir, photographier. Empires coloniaux, 1890-1914.

Inscription: https://u-paris.zoom.us/meeting/register/tZEqcOiqqTIpE9UP-NTjYd0b6_ehWExpCYJ1 

-22 avril 2022 (12h-14h) avec Nadia Yala Kisukidi (Université Paris VIII) et Ali Meghji (University of Cambridge), auteur en 2020 de Decolonizing Sociology.

Inscription: https://u-paris.zoom.us/meeting/register/tZ0ucuyupzsqG9Ug9SZjFAqO5tcTwXhzdK0m

En présentiel également: Salle 130 Bâtiment Olympe de Gouges, Place Paul Ricoeur 75013, Paris.

POUR AVOIR ACCES AUX TEXTES AVANT LES SEANCES CLIQUEZ SUR,

PLEASE CLICK ON THE LINK BELOW TO ACCESS PRE-SESSION READINGS,

https://drive.google.com/drive/folders/1BD4yM0E1ZCG3dfHYBeg-CRR6OVrAeaIV?usp=sharing

Critical Race Theory, Decoloniality, and Universalism

22.04.2022

Critical race theory, decolonial sociology, and the benefits of theoretical synergy

There is a burgeoning interest in the differences between the sociology of race and decolonial thought. This paper develops such discussions by focusing on decolonial thought and a seemingly incongruous paradigm within the sociology of race – critical race theory (CRT). While decolonial thought stresses the continuity of colonial power relations, is committed to transnational and temporally connected analysis, and tends to use historical methods, CRT is based around the premise that contemporary racism must be analysed outside of colonial legacies, tends to analyse nation states outside of their global interlinkages, and methodologically commits to a ‘presentism’ by focusing on the contemporary day. Nevertheless, despite these differences, I argue that CRT and decolonial thought can synergize to provide prescient analysis of contemporary crises. Neither CRT nor decolonial thought can analyse social phenomena sufficiently on their own, but together they can address each other’s blindspots. Through drawing on empirical illustrations from across the world, this talk will show how synergizing decolonial thought and CRT will open new avenues in the social sciences for globally oriented analysis that pays attention to national particularities. 

Pour un renouvellement de l’histoire de la colonisation 11.02.2022

Camille Lefebvre, CNRS

L’histoire du Sahel et du Sahara central du XVIIIe au XXe siècle constitue le principal champ d’investigation de Camille Lefebvre. Titulaire en 2008 d’une thèse d’histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle intègre en 2010 comme chargée de recherche l’Institut des mondes africains (Imaf). Spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, elle a mené de nombreuses missions au Niger. Ses travaux, traitant des frontières, des pratiques de l’espaces et de la construction des savoirs géographiques, contribuent à la fois au développement des connaissances sur ces régions du monde et au renouvellement de l’histoire de la colonisation. Issu de son travail de thèse, l’ouvrage Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du Jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe-XXe siècles, qu’elle publie en 2015 est unanimement salué par ses pairs. Camille Lefebvre poursuit des recherches ancrées dans les terrains saharo-sahéliens, marquées par une attention aux manières locales de dire et de penser le monde et s’intéressant dans un même mouvement à l’histoire des XVIIIe et XIXe siècles et à celle de la colonisation au XXe siècle. Elle est par ailleurs membre du comité de rédaction des Annales et rédactrice en chef adjointe de la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire.

Daniel Foliard, LARCA, Université de Paris

Daniel Foliard est Professeur des Universités (LARCA, Université de Paris). Il travaille sur l’empire britannique (19e-première moitié du 20e siècle) dans une perspective transimpériale et globale en portant une attention particulière sur les archives visuelles. Ses deux monographies, Dislocating the Orient: British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (Chicago: Chicago University Press, 2017) et Combattre, punir, photographier. Empires coloniaux, 1890-1914 (Paris: La Découverte, 2020), portent respectivement sur la cartographie et la photographie. Ses projets de recherche actuels visent à explorer l’articulation entre la “vision distante” rendue possible par la computation et des lectures fines des images dans le cadre d’une histoire de la photographie de conflits.

Slavery and Resistance 05.11.2021

Jean-Pierre Le Glaunec

Esclaves mais résistants. Dans le monde des annonces pour esclaves en fuite, États-Unis-Caraïbe

Jean-Pierre Le Glaunec a analysé plus de 4000 annonces d’esclaves en fuite en Louisiane, en Caroline du sud et en Jamaïque au début du XIXè siècle, durant la deuxième moitié de l’ère des Révolutions atlantiques. Il y a retrouvé la culture de résistance des femmes et des hommes esclavisés En quelques lignes, les annonces racontaient leur fuite du cadre esclavagiste et révélaient leur volonté de ne pas être des victimes. Puisant à l’histoire socioculturelle et aux études américaines, cet ouvrage propose de réévaluer un genre narratif – la petite annonce de fuite – et une forme de résistance – la fuite. Il répond à deux grandes questions : comment comprendre et évaluer ces milliers d’annonces qui faisaient état de l’absence, des ruses et des tactiques de personnes esclavisées mais choisissant la résistance ? Que signifiait pour elles l’acte de fuir ?

 

Ryan Hanley

Insurrection in Black and White: Slavery, Resistance, and British Radicalism during the ‘Peterloo Years’, 1815-1820

 Colonial slavery and the endemic, continuous resistance of the enslaved profoundly affected the evolution of domestic radicalism in early nineteenth-century Britain, though not always in the ways we might expect. Many, including several metropolitan black radicals, took inspiration from the rebellious enslaved in the West Indies and moved to rise in solidarity with them. Others sought to identify themselves explicitly in opposition to African ‘slaves’, encoding radical vocabularies of reform and entitlement in the language of whiteness and national inheritance. As Barbados burned and Britain teetered on the brink of revolution, metropolitan reformers were forced to choose a side in an increasingly bitter debate about what true ‘slavery’ was, and who best deserved a more perfect freedom. Using the infamous Peterloo massacre of 1819 – when thousands of peaceful protesters were attacked by armed cavalry in St Peter’s Square in Manchester – as a focal point, this paper will explore how Empire, race, and colonial resistance were reflected in the sharp edges of metropolitan popular politics. 



Citer ce billet
Sandeep Bakshi (2021, 3 septembre). 2021-2022. Marges, histoires et monde anglophone XVIe-XXIe. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rf5q