FICTION HISTORIQUE : ENJEUX THÉORIQUES ET IDÉOLOGIQUES

Scroll down for English version

21 juin 2019

Journée d’études organisée par le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225), Université Paris Diderot, avec le soutien de l’Université de Liverpool.

Organisatrices : Laurence Cros et Marie-Jeanne Rossignol

Lieu : Olympe de Gouges, Place Paul Ricoeur 75013 Paris, 2é étage, salle 255

Cette première journée vise à faire émerger l’état de l’art sur la question de la fiction historique, genre souvent dédaigné car considéré comme commercial et grand public, relevant du divertissement et dénué de fondement scientifique. Néanmoins, il s’agit d’un genre dont le succès ne se dément pas, depuis son émergence au XIXe siècle sous la forme du roman historique, et dont l’impact s’est encore accentué aujourd’hui à travers d’autres format, tels que le cinéma, la série TV, voire le jeu électronique. La fiction historique touche aujourd’hui des millions de personnes, pour qui il constitue la principale, voire l’unique, porte d’entrée à la connaissance du passé. Ce rôle majeur de la fiction historique dans la propagation du savoir historique mérite donc que l’on réfléchisse aux enjeux théoriques et méthodologiques, politiques et idéologiques, qui le caractérisent.

On pourra commencer ce travail de réflexion en s’intéressant à la réaction des historiens professionnels, souvent partagés face à la fiction historique, et inquiets quant à son impact public, certains étant ouvertement critiques (Pierre Briant), d’autres préférant collaborer avec les réalisateurs de cinéma pour apporter une réelle expertise dans le nouveau contexte de massification de la fiction historique (Nathalie Zemon-Davis), d’autres encore mettant la main à la pâte pour écrire leur propre fiction historique (Simon Schama). Les réactions et les interrogations des historiens pourront être étudiées à travers des exemples précis pris dans le monde anglophone (comédie musicale Hamilton, films et romans sur Lincoln tels Lincoln in the Bardo) mais également en France et ailleurs dans une perspective comparatiste.

Il sera utile pour approfondir la réflexion de se pencher sur la dimension grand public de la fiction historique. Il s’agit en effet d’un genre « populaire », dans le double sens du mot (qui plait au plus grand nombre / qui est à l’usage du peuple)[1]. Se pose ainsi la question de la légitimité et de l’authenticité du savoir ainsi disséminé, de l’interaction avec la culture savante, de l’impact sur la présentation du passé des impératifs de divertissement et de large diffusion d’un produit avant tout commercial. Comment juger si certaines œuvres de fiction historique sont-elles plus légitimes que d’autres ? Est-ce une question de qualité littéraire et esthétique, de rigueur scientifique, de sérieux du travail de recherche préliminaire ? Dans quelle mesure l’écriture savante de l’histoire irrigue et légitime-t-elle la fiction historique populaire ? En retour, peut-on accepter l’idée que la fiction historique populaire constitue un outil utile pour diffuser au plus grand nombre un savoir qui leur resterait autrement inaccessible ?

Ouvrages cités :

Briant, Pierre. Alexandre. Exégèse des lieux communs. Paris : Gallimard, « Folio », 2016.

Chernow, Ron. Hamilton. New York: Penguin Books, 2004.

Journal of the Early Republic.  Vol. 37, n°2 (Summer 2017). “Symposium on Hamilton, An American Musical”: 251-295.

Miranda, Lin-Manuel.  Hamilton: The Revolution. New York: Grand Central Publishing, 2016.

–. Hamilton, An American Musical. CD. 2015

Schama, Simon. Dead certainties. Unwarranted Speculations. New York: Vintage Books, 1991.

Zemon-Davis. Nathalie. Slaves on Screen. Film and Historical Vision. Cambridge: Harvard University Press, 2002.

Autres références (sélection) :

De Groot Jerome, Remaking History: The Past in Contemporary Historical Fictions, London and New York: Routledge, 2015. DOI: 10.4324/9781315693392

Delage, Christian et Vincent Guigeno. L’Historien et le film. Paris : Seuil, 2004.

LISA/LISA e-journal: “Based upon a Life: The Biopic Genre in Question”. http://journals.openedition.org/lisa/8947

Ferro, Marc. Cinéma et histoire. Paris : Folio Histoire, 1993.

Lukács Georg. The Historical Novel. Boston: Beacon Press, 1963.

Menegaldo, Gilles et Melvyn Stokes eds. Cinéma et histoire. Paris : Michel Houdiard, 2008.

Phillpott Matt, Novel Approaches: from academic history to historical fiction. Virtual conference of the Institute of Historical Research (21 November – 25 November 2011). http://ihrconference.wordpress.com/

Sanello, Frank. How Hollywood Turns Fact into Fiction. Lanham, NY: Taylor Trade Publishing, 2003.

Rosenstone, Robert A. “History in Images/ History in Words: Reflections on the Possibility of Really Putting History Onto Film”. American Historical Review 93 (1998). N°5: 1173-1185.

Sand, Schomo. Le XXe Siècle à l’écran. Paris : Seuil, 2004.

Toplin, Brent. History by Hollywood. The Use and Abuse of the American Past. University of Illinois Press, 1996.

**************************************************************************************************

THEORETICAL AND IDEOLOGICAL ISSUES IN HISTORICAL FICTION

June 21, 2019

One-day conference organized by the Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225), Université Paris Diderot, with support from the University of Liverpool.

Coordinators: Laurence Cros and Marie-Jeanne Rossignol

This opening conference aims at taking stock of the current reflection on historical fiction, a genre that is often discounted because it is considered as commercial and popular, primarily aiming at entertainment and devoid of scientific foundation. However, since its emergence in the 19th century with the first historical novels, its popularity has not waned, and in fact is stronger than ever today with new formats such as films, TV shows and electronical games. In the world of today, historical fiction reaches millions of people to whom they provide their main access, and often their only access, to an awareness of the past. Because historical fiction decisively contributes to the way historical knowledge spreads, we need to probe the theoretical and ideological issues raised by this new phenomenon.

We propose to start by looking into the reactions of professional historians, who are often divided when it comes to historical fiction, and uneasy about its impact on the public. Some, like Pierre Briand, are openly critical; others choose to work with film directors to bring a real expertise in the context of the mass-production of historical fiction, while others still get directly involved and write their own historical fiction, like Simon Schama. The reactions and questions of historians could be examined through case studies taken from the English-speaking world (e.g. the musical Hamilton, films and novels on Abraham Lincoln…) or from France or other cultural areas, in a comparative perspective.

Another theme will be an examination of the popular dimension of historical fiction. The double meaning of the word (widely liked or appreciated / fit for, adapted to, or reflecting the taste of the people at large)[2] raises the questions of the legitimacy and authenticity of the historical knowledge spread through this genre, of the interaction with highbrow culture, of the impact which the imperatives of entertainment and mass-distribution may have on the portrayal of the past in the case of a product that is primarily commercial. Can we say that some forms of historical fiction are more legitimate than others? Is it a question of superior literary and esthetic quality, of scientific credibility due to rigorous preliminary research? To what extent does academic history enrich and legitimize popular historical fiction? In return, can it be argued that popular historical fiction is an acceptable tool to spread an otherwise inaccessible historical knowledge to as many people as possible?

Works cited

Briant, Pierre. Alexandre. Exégèse des lieux communs. Paris : Gallimard, « Folio », 2016.

Chernow, Ron. Hamilton. New York: Penguin Books, 2004.

Journal of the Early Republic. Vol. 37, n°2 (Summer 2017). “Symposium on Hamilton, an American Musical”: 251-295.

Miranda, Lin-Manuel. Hamilton: The Revolution. New York: Grand Central Publishing, 2016.

–. Hamilton, an American Musical. CD. 2015

Schama, Simon. Dead certainties. Unwarranted Speculations. New York: Vintage Books, 1991.

Zemon-Davis. Nathalie. Slaves on Screen. Film and Historical Vision. Cambridge: Harvard University Press, 2002.

Other references (selection)

Pierre Briant, « Érudition et vulgarisation scientifique. Notes critiques sur ‘13 juin -323 : mort d’Alexandre le Grand’ (Patrick Boucheron/Arte) », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/04/2018, https://reainfo.hypotheses.org/11581.

De Groot Jerome, Remaking History: The Past in Contemporary Historical Fictions, London and New York: Routledge, 2015. DOI: 10.4324/9781315693392

Delage, Christian et Vincent Guigeno. L’Historien et le film. Paris : Seuil, 2004.

LISA/LISA e-journal: “Based upon a Life: The Biopic Genre in Question”. http://journals.openedition.org/lisa/8947

Ferro, Marc. Cinéma et histoire. Paris : Folio Histoire, 1993.

Lukács Georg. The Historical Novel. Boston: Beacon Press, 1963.

Menegaldo, Gilles et Melvyn Stokes dirs.. Cinéma et histoire. Paris : Michel Houdiard, 2008.

Phillpott Matt, Novel Approaches: From Academic History to Historical Fiction. Virtual conference of the Institute of Historical Research (21-25 November 2011). http://ihrconference.wordpress.com/

Sanello, Frank. How Hollywood Turns Fact into Fiction. Lanham, NY: Taylor Trade Publishing, 2003.

Rosenstone, Robert A. “History in Images/ History in Words: Reflections on the Possibility of Really Putting History Onto Film”. American Historical Review 93 (1998). N°5: 1173-1185.

Sand, Schomo. Le XXe Siècle à l’écran. Paris : Seuil, 2004.

Toplin, Brent. History by Hollywood. The Use and Abuse of the American Past. University of Illinois Press, 1996.


[1] Le Petit Robert 1. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. 1992, p. 1483.

[2] American Heritage® Dictionary of the English Language, Fifth Edition. S.v. “popular.” Retrieved June 24 2018 from https://www.thefreedictionary.com/popular

Les deux corps de la Reine dans la fiction historique

Université Paris Diderot, 28 mars 2019, 14h-15h30. Bâtiment Olympe de Gouges, salle 147. Accès libre.

Dans le cadre des les journées thématiques de l’UFR, le groupe de recherche « Faire le point sur les fictions historiques / Taking a Closer Look at Historical Fiction » du LARCA souhaite proposer un atelier de 1h30 sur le thème “Les deux corps de la Reine dans la fiction historique”

Reprenant le concept introduit par Ernst Kantorowicz en 1957, l’atelier présentera des scènes tirées d’une part du film Elizabeth de Shekhar Kapur  avec Cate Blanchett dans le rôle-titre, et d’autre part de la série TV The Crown de Peter Morgan. À travers une comparaison des deux souveraines, Elisabeth Ire  et Elisabeth II, nous examinerons la façon dont le corps physique de la reine est paré et transformé, voire utilisé et contraint, afin d’incarner la fonction royale.

L’atelier sera présenté par Laurence Cros et Ladan Niayesh, en association avec Marjolaine Boutet, historienne à l’Université de Picardie Jules Verne et spécialiste des séries historiques.

Bibliographie

Kantorowicz, Ernst Hartwig. 1957. The King’s Two Bodies: A Study in Mediaeval Political Theology. Princeton University Press.

Richards, Judith M. 1997. “‘To Promote a Woman to Beare Rule’: Talking of Queens in Mid-Tudor England”. The Sixteenth Century Journal 28, no. 1 (Spring): 101-121

Scholz, Susanne. 2000. Body Narratives: Writing the Nation and Fashioning the Subject in Early Modern England. Palgrave Macmillan.

Herrup, Cynthia. 2006. “The King’s Two Genders”. Journal of British Studies 45, no. 3 (July): 493-510

Arenfeldt, Pernille, Martin Kohlrausch, and Xenia Von Tippelskirch. 2006. The Body of the Queen: Gender and Rule in the Courtly World, 1500-2000. Edited by Schulte Regina. Berghahn Books.

RDV de L’Histoire – La Puissance des images – 12-14 octobre 2018

Dans le cadre des rendez-vous de l’Histoire de Blois (édition 2018), dont le thème est La puissance des images, Marjolaine Boutet (Université de Picardie) discutera des liens entre histoire et séries télévisées à trois occasions :

Vendredi 12 octobre, 2018 de 14:00 à 15:30, Maison de la magie : Chercheurs cinéastes, écrire l’histoire en images

Samedi 13 octobre 2018 de 17:15 à 18:15, Université François-Rabelais, Salle 006 : Images du pouvoir, pouvoir des images : le couronnement d’Elizabeth II, de l’événement télévisé à la série The Crown

Dimanche 14 octobre 2018 de 16:30 à 18:00, Conservatoire de musique, Auditorium : Que font les séries TV à l’histoire ?

Ces conférences pourraient par la suite être écoutées en podcasts en suivant le lien.



« Faire le point sur les fictions historiques » / “Taking a Closer Look at Historical Fiction”

Scroll down for English version

Projet du Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225). Université Paris Diderot, 2019-2021

Problématique générale

La fiction historique grand public n’a cessé de connaître le succès depuis le début du XIXe siècle (Walter Scott, James Fenimore Cooper et leurs imitateurs). Cependant on note un engouement actuel et une prolifération de productions : films, séries, romans évidemment, accompagnés de leur phénomènes associés (réseaux sociaux, sites web etc.). Ces productions sont probablement le principal vecteur de connaissance historique du grand public (et d’une partie non négligeable du public étudiant). C’est par elles que se diffusent (ou non) les acquis de la recherche historique (considérations de genre et race par exemple), ou que semblent émerger de nouveaux récits nationaux. Dans un contexte d’actualité oppressant, où le rapport au futur devient douloureux (thématique de la dystopie), le goût du passé par la fiction est un révélateur des tendances nostalgiques des générations actuelles. Certaines fictions rendent également le passé plus « moderne » qu’il ne pouvait l’être, permettant ainsi une réappropriation de l’histoire en vue de légitimer le présent.

Certaines questions classiques sont incontournables : l’authenticité de la fiction historique, le rapport entre histoire savante et histoire populaire (dans leurs versions évolutives elles deux) ; d’autres sont moins courantes mais tout à fait passionnantes (la question de la perte de visibilité ou de légitimité des historiens dits « professionnels », la « fabrication » de la fiction historique, le rôle des scénaristes et réalisateurs, la volonté d’efficacité en termes de diffusion, les qualités pédagogiques, etc.)

Ce projet est mené par une équipe interdisciplinaire (civilisationnistes, littéraires, spécialistes des images) qui examinera ce phénomène majeur lors d’un cycle de journées d’études thématiques, auquel s’ajoutera une série de projections commentées de films et séries, ainsi que des séances ponctuelles de séminaires. Le projet sera finalement complété par une publication collective.

Responsables : Laurence Cros, avec Myriam Boussabha-Bravard, Marjolaine Boutet, Emmanuelle Delanoe-Brun, Véronique Elefteriou-Perrin, Maggy Hary, Ariane Hudelet, Michel Imbert, Emilia Le Seven, Marie-Jeanne Rossignol.

Calendrier général, à compléter ultérieurement

  • 10 octobre 2018 : Projection du film historique Glory d’Edward Zwick (1989) qui porte sur les bataillons noirs de la guerre de Sécession. En savoir plus ici.
  • 6 mars 2019 : Séance commune avec le séminaire Victorian Persistence: Julien Bazile, « La mise en récit vidéoludique de l’Histoire : enjeux historiographiques, ludologiques et interculturels dans la licence Assassin’s Creed ».
  • 21 juin 2019 : Journée d’études sur « Fiction historique : enjeux théoriques et idéologiques ». Voir appel à contributions ici.
  • Novembre 2019 : Journée d’études sur « Formats de la fiction historique : archéologie d’une culture populaire »
  • Mai/juin 2020 : Journée d’études sur « Fiction historique et récits nationaux »
  • Novembre 2020 : Journée d’études sur « Fiction historique et genres narratifs »
  • Mai-juin 2021 : Journée d’études sur « La représentation de l’esclavage dans la fiction historique »
  • Novembre 2021 : Journée d’études sur « Sociologie de la fiction historique »

************************************************************************

A research project of the Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225). Université Paris Diderot, 2019-2021

General presentation

Since its emergence in the 19th century with the first historical novels of Walter Scott, James Fenimore Cooper and their imitators, the popularity of historical fiction has not declined. On the contrary, today it is stronger than ever, with a mass production not only of novels, but of new types of historical fiction such as films, TV shows and electronical games. In the world of today, historical fiction provides a key access, and often the only access, to an awareness of the past for the public at large, including many university students. It is through historical fiction that new approaches developed in academic history, such as genre or ethnicity, become available for the general public, or that historical narratives framing the building of the nation spread widely. In a current context of troubled events, when future prospects have become disquieting and give rise to many fictional dystopias, the popularity of historical fiction reveals the nostalgic fascination for the past on the part of the contemporary public. On the other hand, historical fiction tends to make the past more modern than it was, thus allowing for an appropriation of history that may give legitimacy to the present.

In this project, we will examine classic issues, such as authenticity in historical fiction and the relationship between academic history and popular history, both as evolving practices. Other issues are less classic but nonetheless thought-provoking, such as: the potential loss of public prominence of professional historians, whose expertise is challenged by competing contributors to the historical narrative; the way historical fiction contributes in new ways to the production of history; the role played by novelists, scriptwriters and directors; the impact which the imperatives of entertainment and mass-distribution have on the portrayal of the past since their product is primarily commercial; the question of the pedagogical quality and potential usefulness of historical fiction…

This project is conducted by an interdisciplinary team of specialists of history, literature and visual studies of the English-speaking world from the LARCA of Université Paris Diderot. It will be carried out from 2019 to 2021 through a series of thematic conferences, a cycle of projections of historical films and TV shows, as well as seminar sessions. The project will be summed up and completed by the publication of a collective work.

Project coordinator:  Laurence Cros, with Myriam Boussabha-Bravard, Marjolaine Boutet, Emmanuelle Delanoe-Brun, Véronique Elefteriou-Perrin, Maggy Hary, Ariane Hudelet, Michel Imbert, Emilia Le Seven, Marie-Jeanne Rossignol.

General schedule, to be completed:

  • October 10, 2018: Projection of the historical film Glory by Edward Zwick (1989) on the Black battalions during the American Civil War. More information here.
  • March 6, 2019: Presentation in common with the Victorian Persistence Julien Bazile, « La mise en récit vidéoludique de l’Histoire : enjeux historiographiques, ludologiques et interculturels dans la licence Assassin’s Creed».
  • June 21, 2019: one-day conference on “Theoretical and Ideological Issues in Historical Fiction”. See CFP here.
  • November 2019: one-day conference on “The formats of historical fiction: archeology of a popular culture”
  • May/June 2020: one-day conference on “Historical fiction and narratives of nation-building”
  • November 2020: one-day conference on “Historical fiction within other genres”
  • May/June 2021: one-day conference on “A Case study: the Representation of Slavery in Historical Fiction”
  • November 2021: one-day conference on “Sociology of historical fiction”