Journée d’étude – Formats de la fiction historique : archéologie d’une culture populaire

Vendredi 22 novembre 2019

Journée d’études organisée par Université de Paris, Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA UMR 8225 – CNRS)

Salle 340, Bâtiment Olympe de Gouges, Place Paul Ricoeur, Paris 13e

Programme de la journée d’études

Des romans de Walter Scott ou Fenimore Cooper jusqu’à The Crown (Netflix, 2016- ) et Assassin’s Creed (Ubisoft, 2007), les fictions historiques connaissent une popularité constante et renouvelée à chaque génération. La persistance de cet engouement du public pour la fiction historique semble être en partie liée à la naissance régulière de nouveaux formats qui renouvellent le genre en même temps qu’ils réactivent le potentiel populaire des œuvres précédentes, tombées en désuétude. Cette journée d’étude se propose d’établir des pistes critiques et analytiques pour construire une archéologie des formats de fictions historiques comme formes populaires du XIXème  siècle à nos jours (roman, cinéma, série télévisée, bande dessinée, jeu vidéo). Plutôt que des études ciblées sur une seule forme, les communications porteront de préférence sur des analyses et thématiques transversales, à la fois en termes de période et de format.

Les enjeux porteront, dans un premier temps, sur la manière dont chaque format influe sur le genre de la fiction historique, le modifie, l’adapte, le met à jour, et ainsi assure sa popularité. Nous nous attacherons particulièrement à faire dialoguer les différents formats, genres et époque. On s’interrogera ainsi sur ce qui persiste de la fiction historique du XIXème siècle dans les formats actuels et comment ces derniers puisent dans les genres plus anciens (en explorant par exemple le lien entre la publication en feuilletons des romans au XIXème siècle et les séries historiques actuelles) ; ou encore comment varie la représentation d’un personnage ou d’un événement historique en fonction des genres et des formats. Les questions d’influence et d’héritage seront donc au centre de nos préoccupations. Il s’agira également de considérer les contraintes de conservation et d’accessibilité des sources, ainsi que les aspects physiques des formes et des formats. Par ailleurs, on pourra également se demander dans quelle mesure les nouveaux formats de la fiction historique redéfinissent le rapport à l’histoire des lecteurs, spectateurs, ou joueurs, et proposent différents modes de construction du savoir historique.

Organisation

  • Marjolaine Boutet, Maîtresse de Conférences, Université de Picardie Jules Verne, Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits
  • Ariane Hudelet, Maîtresse de Conférences, Université de Paris, LARCA/CNRS UMR 8225
  • Michel Imbert, Maître de Conférences, Université de Paris, LARCA/CNRS UMR 8225
  • Emilia Le Seven, Doctorante, Université de Paris, LARCA/CNRS UMR 8225